Publié le 08/05/2023

F2I 2022/2023 : remise de subventions aux récipiendaires OPEHN MURNA YARA du Niger et ENDA Mali

Avec le soutien financier du Luxembourg, ENDA Santé a organisé le jeudi 4 mai 2017 à Dakar, une journée d’échanges sur le Handicap et le VIH. Présidée par Mme Safiatou Thiam, secrétaire exécutive du Conseil National de Lutte contre le Sida (CNLS), cette journée d’échanges a compté parmi ses participants Mme Tania Martins Cheffe de Coopération de Luxembourg au Sénégal, M. Demba Koné, directeur pays de l’ONUSIDA, M. Yatma Fall, Président de la Fédération ouest africaine des personnes handicapées, M. Oumarou Manou Mahamadou, Coordonnateur National de OPEHN MURNA YARA, récipiendaire du F2I 2022/2023, Dr Fatoumata Traoré représentante de ENDA Mali, également récipiendaire du F2I, les associations de personnes handicapées de Mbour et Dakar et d’autres acteurs de la riposte au VIH.

L’objectif général était de mettre la question du VIH et du Handicap au centre des échanges. Cette rencontre a également été l’occasion de remettre les subventions du Fonds d’Innovation aux 2 organisations choisies suite au processus de sélection. Pour Nguissali Turpin, Directrice exécutive de ENDA Santé, cette initiative est inédite et avant-gardiste et les retombées seront positives pour la santé et le développement.

Cette année, l’appel à projet a été lancé sur le thème « Innover pour renforcer l’accès aux services VIH et aux services de santé sexuelle et reproductive des personnes vivant avec un handicap, une façon pour ENDA Santé, à travers son programme régional FEVE IMPULSE, d’adresser la problématique du handicap en lien avec le VIH.

Les personnes handicapées constituent une population particulièrement vulnérable, car elles sont plus souvent touchées par la pauvreté, les violences physiques et sexuelles et ont moins accès à l’éducation. Entre 2016 et 2018, des études bio-comportementales menées auprès de personnes vivant avec un handicap au Sénégal, mais également au Burkina Faso, au Cap Vert, en Guinée-Bissau au Niger, ont révélé que la prévalence du VIH est en moyenne trois fois supérieure chez les personnes ayant un handicap comparée au reste de la population. Cette forte prévalence varie en fonction du type de handicap et du genre.

La Cheffe de la Coopération du Luxembourg, Mme Tania Martins pour sa part, soutient que les deux projets sélectionnés constituent un exemple concrets de collaboration pour une réponse inclusive du VIH. Pour elles, ces 2 projets offrent une réponse plus adaptée et inclusive pour les personnes handicapés et fournissent des informations et messages adaptés.

Partager