Vous êtes ici

Subvention Régionale VIH pour l’Afrique- Supprimer les barrières légales

Map

Contexte

 

Le projet Subvention Régionale pour l’Afrique – Supprimer les barrières légales intervient dans dix (10) pays en Afrique :
Botswana, Côte D’Ivoire, Kenya, Malawi, Nigéria, Sénégal, Seychelles, Tanzanie, Ouganda, Zambie ainsi qu’au niveau de l’Union Africaine et des Communautés Economiques Régionales d’Afrique de l’Ouest, du Sud et de l’Est. Il est financé par le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme.


Cette subvention a comme  principal bénéficiaire le PNUD, organisation qui coordonne le projet en collaboration avec 4 organisations de la société civile :

  • AIDS and Rights Alliance for Southern Africa (ARASA)
  • ENDA Santé
  • KELIN
  • Southern African Litigation Centre (SALC)

Objectif général

Renforcer l’environnement légal en vue de réduire l’impact du VIH et de la Tuberculose (TB) sur les populations clés en Afrique.

Secteur d'activité

Statut du projet

Partenaires opérationnels

  • AIDS and Rights Alliance for Southern Africa - ARASA
  • KELIN
  • SALC
  • ONG sélectionnées dans chaque pays d’intervention
  • Organisations communautaires de base sélectionnées dans chaque pays d’intervention

Objectifs spécifiques

  • Renforcer les lois, politiques et stratégies basées sur les évidences pour soutenir une meilleure offre et un meilleur accès aux services VIH et Tuberculose pour les populations clés
  • Renforcer l’accès à la justice et l’application de lois pour soutenir une meilleure offre et un meilleur accès aux services VIH/Tuberculose pour les populations clés
  • Renforcer les mécanismes nationaux et régionaux pour prévenir et répondre aux cas de violations des Droits Humains qui représentent un frein à l’accès aux services VIH et Tuberculose pour les populations clés

Période de mise en oeuvre

janvier, 2016 - décembre, 2018

Partenaires stratégiques

Population bénéficiaire

  • Les professionnels du sexe (hommes, femmes, transgenres)
  • Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes
  • Les consommateurs de drogue
  • Les détenus et personnes vivant avec le VIH
  • Groupes vulnérables : migrants, femmes et jeunes filles de chaque pays concerné
  • Organisations Communautaires de Base sélectionnées dans chaque pays d'intervention

Résultats

  • 60 parlementaires et représentants des forces de l’ordre, des médias, des populations clés, et du système judiciaire en provenance des 10 pays couverts par le projet ont été formés sur les questions liées au VIH, aux droits humains et aux populations clés
  • 3 subventions ont été allouées à des organisations de la société civile au Sénégal et au Nigeria pour travailler sur l’amélioration de l’environnement légal et des politiques liées aux populations clés à travers des actions de plaidoyer

  • 1 guide de formation et 1 note d’orientation politique sur l’approche droits humains et le VIH ont été produites à l’intention des parlementaires africains
  • 1 rencontre de planification nationale a été organisée à Abuja, au Nigéria, et a permis à 60 représentants d’organisations de la société civile, des Ministères, et des organisations du système des Nations Unies de se concerter pour développer un plan d’action en vue d’une prise en charge améliorée des populations les plus vulnérables au VIH

  • 2 ateliers de plaidoyer national regroupant près de 120 participants, représentants du CNLS, de populations clés, religieux, forces de l’ordre, partenaires techniques et financiers ont été organisés au Sénégal et en Côte d’Ivoire en vue de contribuer à la promotion et à la protection des droits humains des personnes les plus vulnérables au VIH.